• Mail
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +
Prises en charge 07/04/2015

Chirurgie ambulatoire

Aujourd’hui en France, quatre interventions chirurgicales sur dix sont désormais réalisées en ambulatoire, et ce taux peut dépasser huit interventions sur dix pour certains gestes (l’opération de la cataracte par exemple). Si la France est encore en retard par rapport à ses voisins, notamment d’Europe du nord, de plus en plus d’établissements s’organisent pour développer ce mode de chirurgie. Avec des avantages certains pour les patients.

Définition

La chirurgie ambulatoire est un mode de prise en charge permettant de raccourcir à une seule journée votre hospitalisation pour une intervention chirurgicale. Vous rentrez donc le matin pour être opéré le jour même et ressortir le soir. La durée de séjour à l'hôpital est de quelques heures à moins de 12 heures.
Cette modalité de chirurgie est pratiquée avec l’accord du patient et sous certaines conditions, tenant compte à la fois du type d’intervention chirurgicale réalisée, des conditions de vie du patient (présence d’un accompagnant) et de l’organisation des services de chirurgie.

Les opérations concernées

Les interventions les plus courantes sont l’ablation de la cataracte, les extractions dentaires (dents de sagesse), la cure de varices, les arthroscopies, la cure des hernies.

Des interventions de plus en plus complexes sont aussi réalisées en ambulatoire : l’ablation de la vésicule biliaire, certaines interventions gynécologiques, le traitement de ligament du genou, de pathologie de la main, de l’épaule…

Et certains établissements de soins commencent à pratiquer des interventions plus audacieuses encore, comme l’ablation du côlon ou du lobe du poumon pour cancer, l’appendicectomie, la pose d’une prothèse de genou et/ou de hanche, d’un by-pass pour les personnes obèses…    

En cancérologie, la chirurgie ambulatoire est déjà développée pour certains organes, et notamment pour la chirurgie conservatrice du sein. Dans les centres de lutte contre le cancer, 17 % des patientes opérées pour un cancer du sein en ont bénéficié en 2012.

Le Plan Cancer 3 (20014 – 2019), présenté par François Hollande le 4 février 2014, prévoit que 50 % de la chirurgie du cancer du sein pourra dans les années qui viennent être effectuée en ambulatoire.

Les avantages de la chirurgie ambulatoire

De nombreuses études (1) montrent les bénéfices de la chirurgie ambulatoire, dont un taux de satisfaction élevé (souvent supérieur à 90 %) du patient et de sa famille, ainsi que des professionnels de santé (97,3 % l’auraient conseillé à quelqu’un, ou se feraient opérer eux-mêmes en ambulatoire).

La chirurgie ambulatoire réduit les risques d’infections associées aux soins et de phlébites, car ceux-ci augmentent avec la durée d’hospitalisation.

Enfin, elle permet un gain d’efficacité dans l’organisation des services de chirurgie, ainsi qu’une réduction des coûts pour les établissements de santé et l’Assurance maladie (2).

1. Rapport « Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire » publiée par la HAS et l’ANAP en avril 2012.
2. Rapport « Chirurgie ambulatoire : état des lieux et perspectives », ANAP, 2011.

Déroulement d’une journée en chirurgie ambulatoire

La chirurgie ambulatoire est aussi sûre, voire plus sûre, que la chirurgie en hospitalisation classique. Car elle implique une organisation irréprochable de l’équipe de soins, basée sur la gestion des risques, la maîtrise des suites opératoires et l’information du patient.

Lors de la consultation pré-opératoire, vous êtes informé des suites opératoires et de toute complication pouvant survenir.

Au cours de votre journée d’hospitalisation, vous traversez un « chemin clinique » codifié, que les personnels vérifient étape par étape : accueil, consultation pré-opératoire, passage au bloc pour l’intervention, passage en salle de réveil pour surveillance, retour dans l’unité d’hospitalisation pour réhabilitation (remise sur pied pour pouvoir rentrer à domicile), information et remise de documents pour la médecine de ville (médecins généraliste et spécialiste, infirmiers libéraux).

Quand vous partez le soir, vous pouvez marcher, vous n’avez pas de nausées et votre douleur est contrôlée.

Dans environ 2 % des cas (imprévu, saignement, récupération incomplète de l’anesthésie…), le patient est finalement hospitalisé pour la nuit.

Cette prise en charge s’adresse-t-elle à tout le monde ?

Oui, à partir de l'âge de 3 mois et sans limite d'âge pour les adultes. La chirurgie ambulatoire est même à privilégier chez les personnes âgées en raison du moindre risque de perte de repères (de confusion) par rapport à une hospitalisation de quelques jours.

Il existe néanmoins des conditions pour pouvoir en bénéficier :

  • avoir le téléphone et être apte à comprendre et appliquer les consignes de soins (pas de barrière du langage ou aide d’un proche parlant le Français, et hygiène facile à domicile),

  • pouvoir être raccompagné le soir de votre intervention chirurgicale (prévoir 2 personnes pour raccompagner un enfant de moins de 10 ans opéré),

  • ne pas demeurer seul (en dehors de certains cas) la première nuit après une anesthésie générale. Il est recommandé de passer la première nuit avec un proche (famille, voisin ou amis), chez vous ou chez lui.

     

Comment préparer au mieux votre intervention ?

Vous êtes opéré en chirurgie ambulatoire, voici quelques conseils pour préparer au mieux votre intervention et votre retour à domicile.

  • Veiller à amener le jour de vos consultations de chirurgie ou d’anesthésie votre dossier médical complet avec une ordonnance récente de votre traitement. 

  • Bien lire les consignes qui vous ont été données.

  • Ne pas hésiter à écrire les questions que vous vous posez, pour ne rien oublier de demander le jour de vos consultations.

  • Passer à la pharmacie chercher les médicaments qui vous ont été prescrits pour votre retour à domicile ; cela vous permettra de rentrer tranquillement chez vous et directement après l’intervention.

  • Préparer des glaçons dans votre congélateur si un refroidissement de la zone opératoire vous a été conseillé.

  • Préparer à l’avance repas légers et provisions pour vous permettre de vous reposer les premiers jours suivant l’intervention.

  • N’oubliez pas qu’aucune décision importante ne doit être prise dans les 24 heures suivant une anesthésie générale.

  • La conduite automobile est à éviter durant les premières 48 heures après l’intervention.

Le retour à domicile

Pour votre retour à domicile, des prescriptions de médicaments, des consignes post-opératoires et si besoin un arrêt de travail vous ont été remis. Il n’est habituellement pas nécessaire de contacter votre médecin traitant dans les premiers jours.

En cas de difficultés, vous pouvez contacter l’unité de chirurgie ambulatoire où vous avez été pris en charge. Un numéro de téléphone figure sur les documents qui vous ont été remis à la sortie. Ce numéro est accessible 24h/24h. Il est très fréquent que l’unité de chirurgie ambulatoire vous rappelle le lendemain pour prendre de vos nouvelles.

Une date de rendez-vous avec votre chirurgien vous a été remise, il vous est possible de rappeler son secrétariat pour éventuellement avancer ce rendez-vous.

Votre médecin traitant a été tenu informé de votre hospitalisation et a reçu toutes les informations vous concernant (compte-rendu opératoire, courrier d’hospitalisation, double des prescriptions, résultats d’examens). Vous pouvez le joindre, notamment en cas de reprise de certains traitements (anticoagulant par exemple).

 

Dossier réalisé en partenariat avec Unicancer, mis en ligne en février 2014.

Vidéos

Haut de page
  • Mail
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +