Aller au contenu
Trouver un établissement


Infirmier de bloc opératoire (IBODE)

L’infirmier de bloc opératoire (IBODE) est le collaborateur du chirurgien. Il participe aux interventions chirurgicales réalisées par le chirurgien. Il est chargé de l’entretien et de la stérilisation du matériel opératoire.

Présentation du métier

Il peut exercer ses fonctions dans les blocs opératoires mais aussi dans les écoles préparant aux différentes branches de la profession d’infirmier, en qualité d’enseignant.
A l’heure actuelle, 4405 infirmiers de bloc opératoire exercent en France, dont 88 % de femmes.

Missions

  • Il prépare le malade, le matériel pour l’intervention et assure l’entretien du matériel.
  • Il participe à l’intervention et aide le chirurgien durant l’acte opératoire.
  • Il organise et coordonne les soins infirmiers en salle d’opération.
  • Il participe à l’élaboration, à l’application et au contrôle des procédures de désinfection et de stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables au bloc opératoire et en secteurs associés.

Qualités

Cette profession nécessite, rigueur, bon équilibre psychologique, résistance à la fatigue et au stress, sens du travail en équipe.

Etudes préparant au diplôme

Les infirmiers de bloc opératoire sont titulaires d’un diplôme d’Etat d’infirmier de bloc opératoire, qui se prépare en 18 mois dans des écoles agrées par le Préfet de région.

Accès

La formation est ouverte aux candidats titulaires de l’un des titres ou diplômes suivants :

  • diplôme, certificat ou titre permettant d’exercer la profession d’infirmier en France ;
  • diplôme, certificat ou titre permettant d’exercer la profession de sage-femme en France.

Justifiant d’une expérience professionnelle de deux ans minimum, soit dans la profession d’infirmier, soit de la profession de sage-femme.

Ayant satisfait aux épreuves de sélection qui comprennent :

  • une épreuve écrite et anonyme d’admissibilité, permettant d’évaluer les connaissances acquises en anatomie-physiologie, hygiène, chirurgie et législation. Elle se compose de vingt questions portant sur le programme de la formation d’infirmier. Elle dure une heure et demie et est notée sur vingt.

Sont déclarés admissibles les candidats ayant obtenu une note au moins égale à 10 sur 20.

  • une épreuve d’admission, orale, notée sur 20. Elle consiste en un exposé de dix minutes sur un sujet d’ordre professionnel faisant appel à des connaissances cliniques, suivi d’un entretien de dix minutes avec le jury. Toute note inférieure à 10/20 est éliminatoire.

La note sur 40 des épreuves d’admission est le total des notes obtenues aux deux épreuves. Sont déclarés admis les candidats les mieux classés à l’issue de ces deux épreuves, dans la limite de la capacité d’accueil agrée de l’école.

Attention : les personnes titulaires d’un diplôme étranger d’infirmier ou de sage-femme non validé pour exercer en France peuvent être admis à passer les épreuves de sélection si :

  • elles justifient d’un exercice professionnel de 2 ans ;
  • elles satisfont à un test de niveau professionnel et à une épreuve permettant d’apprécier leur maîtrise de la langue française.

Ces épreuves sont organisées par l’ambassade de France du pays concerné.
Mais ces personnes ne pourront pas exercer en France.

L’admission définitive est subordonnée à la production d’un certificat médical émanant d’un médecin agréé attestant :

  • que le candidat n’est atteint d’aucune affection physique ou psychologique incompatible avec l’exercice de la profession ;
  • des vaccinations antitétanique, antidiphtérique, antipoliomyélitique et contre l’hépatite B. Il doit également préciser que le candidat a subi un test tuberculinique et qu’il est positif ou que deux tentatives infructueuses de vaccination par le BCG ont été effectuées.

Formation

Elle se déroule en 18 mois et a pour objectif de permettre à l’élève d’assumer une prise en charge holistique de la personne soignée, dans le respect des aspects éthiques et juridiques, au sein d’une équipe pluriprofessionnelle :

  • la formation théorique comporte quatre modules d’un total de 29 semaines : hygiène hospitalière et prévention des infections nosocomiales, l’infirmier de bloc opératoire et l’environnement technologique, la prise en charge de l’opéré au cours des différents actes chirurgicaux, la maîtrise de la fonction d’infirmier de bloc opératoire ;
  • la formation clinique comprend 39 semaines de stage ;
  • les mises en situation professionnelle, au cours des stages, sont au nombre de trois. Elles ne peuvent excéder une durée de quatre heures.

Le contrôle des connaissances comprend :

  • une évaluation de l’enseignement théorique, propre à chaque module, par le biais d’épreuves écrites et anonymes, notées sur 20 (deux épreuves pour le module 3, dont l’une au moins est d’une durée de trois heures). Le module est validé si l’élève obtient au moins 10 sur 20 à cette épreuve (20 sur 40 pour le module 3) ;
  • une évaluation de l’enseignement clinique par le biais de notes attribuées à la fin de chaque stage par le responsable du stage, selon des critères définis conjointement par l’équipe pédagogique et les professionnels accueillant les élèves ;
  • une évaluation des mises en situation professionnelle, chacune notée sur 40. Elle est validée si l’élève obtient une note au moins égale à 20 sur 40.

La délivrance du diplôme d Etat

Sont autorisés à se présenter aux épreuves les élèves ayant validé la totalité des enseignements théoriques, des mises en situation professionnelle.

L’examen du diplôme d’Etat comporte deux épreuves :

  • une épreuve écrite qui consiste en la réalisation d’un travail d’intérêt professionnel, individuel, de vingt à trente pages. Ce travail permet d’évaluer les capacités d’analyse de l’élève et son aptitude à conduire une réflexion professionnelle en lien avec la fonction. Ce travail donne lieu à une note sur vingt pour le contenu et à une note sur vingt pour l’argumentation orale. La note finale doit être au moins égale à 20/40, sans note inférieure à 8/20 à l’une des deux parties ;
  • une épreuve de mise en situation professionnelle d’une durée maximale de 5 heures, réalisée dans le bloc opératoire. Elle est notée sur 40, toute note inférieure à 20 sur 40 est éliminatoire.

Carrière

L’immense majorité des infirmiers de bloc opératoire sont salariés dans des hôpitaux (91%).

Carrière hospitalière :
La carrière dans la fonction publique hospitalière se déroule sur trois corps. Depuis le 1er janvier 2002, les infirmiers de bloc opératoire de la fonction publique hospitalière bénéficient de perspectives de carrière élargies, à la suite de la création des corps de cadre de santé et de directeur des soins.

Rémunération nette mensuelle hors prime de service au 01/01/2013

Infirmier de bloc opératoire de classe normale :

  • Milieu de carrière : 1.919 €
  • Fin de carrière : 2.270 €

Infirmier de bloc opératoire cadre de santé :

  • Début de carrière : 2.046 €
  • Milieu de carrière : 2.434 €
  • Fin de carrière : 2.939 €

Infirmier de bloc opératoire cadre supérieur de santé :

  • Fin de carrière : 3.170 €

Exercice

Le diplôme d’infirmier de bloc ne fait pas l’objet d’une réglementation européenne spécifique mais relève des directives dites du système général. Les ressortissants de l’Union européenne, titulaires d’un diplôme d’infirmier non conforme aux obligations fixées par les directives européennes peuvent bénéficier d'une autorisation d'exercer la profession d'infirmier délivrée par le préfet de région. En cas de différences substantielles de formation, l’intéressé doit se soumettre à une épreuve d'aptitude ou accomplir un stage d'adaptation.

Si vous souhaitez exercer en tant qu’infirmier de bloc opératoire au sein d’un Etat de l’Union européenne, vous devez prendre contact avec les autorités compétentes de l’Etat membre où vous souhaitez vous installer afin d’obtenir la reconnaissance de votre diplôme.

Pour en savoir plus : le portail des métiers du ministère de la santé