Aller au contenu
Trouver un établissement


Infirmier (IDE)

Le métier d’infirmier est très diversifié. L’infirmier peut exercer dans de multiples secteurs d’activité :

  • secteur hospitalier, public ou privé dans différentes disciplines : médecine ou chirurgie, pédiatrie, gériatrie, psychiatrie…
  • centre de soins ;
  • centre de réadaptation ;
  • maison de retraite ;
  • santé scolaire (éducation nationale) ;
  • santé du travail (entreprises) ;
  • mission dans le cadre de l’action humanitaire.

L’année 2009 a été celle de la mise en œuvre de la réforme des études en soins infirmiers. La formation des infirmiers a intégré le processus européen licence master doctorat (LMD) issu des accords de Bologne, et qui concernera également l’ensemble des professions paramédicales.

Présentation du métier

L’infirmier donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical ou en application du rôle propre qui lui est dévolu.

L’exercice de la profession d’infirmier comporte l’analyse, l’organisation, la réalisation de soins infirmiers, leur évaluation, la contribution au recueil des données cliniques et épidémiologiques et des actions de dépistage. Les infirmiers participent également à des actions de prévention, de formation et d’éducation à la santé ou d’encadrement.

Ce métier est très diversifié, et les infirmiers peuvent exercer dans de multiples structures et secteurs d’activités : hôpital, centre de soins, centre de réadaptation, maison de retraite, santé du travail, santé scolaire, psychiatrie, soins palliatifs, oncologie…

Les soins infirmiers sont préventifs, curatifs ou palliatifs. Ils exigent donc des qualités techniques et relationnelles, une bonne résistance physique, ainsi que de la disponibilité.

Au 1er janvier 2010, environ 515 000 infirmiers exercent en France, dont 87,4 % de femmes. La majorité des infirmier(e)s exercent dans un établissement de santé public ou privé (360 000).

Etudes préparant au diplôme


Les infirmiers sont titulaires du diplôme d’État d’infirmier, qui se prépare dans un Institut de formation aux soins infirmiers (IFSI). L’intégration du diplôme dans le schéma LMD valorise le cursus des infirmiers, qui auront accès au grade universitaire de licence, ouvrant droit à la poursuite d’études, et entraîne une évolution statutaire pour cette catégorie de professionnels, qui accèdent à la catégorie A dans la fonction publique hospitalière.Pour la première fois en France, un référentiel de compétence des infirmiers a été établi, répondant ainsi aux exigences du répertoire national de la certification professionnelle.Les nouvelles dispositions ont été appliquées aux étudiants entrant en première année en septembre 2009.

Concours d'admission en IFSI

Peuvent se présenter aux épreuves de sélection les candidats âgées de 17 au moins :

  • titulaires du baccalauréat, du diplôme d’accès aux études universitaires ou titulaires d’un titre équivalent ;
  • non bacheliers mais titulaires du diplôme d’État d’aide médico-psychologique et justifiant de trois ans d’exercice professionnel ;
  • non bacheliers mais justifiant d’une activité de trois ans dans le secteur sanitaire et médico-social (autres que les titulaires du diplôme d’État d’aide-soignant, d’auxiliaire de puériculture et d’aide médico-psychologique ) ou de cinq ans dans les autres secteurs sous condition d’avoir, au préalable, été retenues par un jury régional de présélection.

Réussir les épreuves de sélection

Elles comportent deux épreuves d’admissibilité :

  • une épreuve écrite notée sur 20 points portant sur un texte relatif à l’actualité dans le domaine sanitaire et social ;
  • une épreuve de tests d’aptitude de deux heures notée sur 20 points. Cette épreuve a pour objet d’évaluer les capacités de raisonnement logique et analogique, d’abstraction, de concentration, de résolution de problème et les aptitudes numériques.

Les titulaires du diplôme d’État d’aide-soignant et d’auxiliaire de puériculture justifiant de trois ans d’exercice sont dispensés des épreuves d’admissibilité.

Les épreuves de sélection comportent également une épreuve d’admission, ouverte aux candidats déclarés admissibles, qui consiste en un entretien, relatif à un thème sanitaire et social, visant à apprécier la motivation du candidat, d’une durée de trente minutes, et noté sur 20.

L’admission définitive est subordonnée à la production d’un certificat médical émanant d’un médecin agréé attestant :

  • que le candidat n’est atteint d’aucune affection physique ou psychologique incompatible avec l’exercice de la profession ;
  • des vaccinations antitétanique, antidiphtérique, antipoliomyélitique et contre l’hépatite B. Il doit également préciser que le candidat a subi un test tuberculinique et qu’il est positif ou que deux tentatives infructueuses de vaccination par le BCG ont été effectuées.

Formation

D’une durée de 3 ans, la formation est organisée en 6 semestres de 20 semaines chacun, soit 4 200 heures. La répartition des enseignements est la suivante :

  • formation théorique de 2100 heures (750 heures de cours magistraux + 1050 heures de travaux dirigés + 300 heures de travail personnel) ;
  • formation clinique de 2100 heures ;
  • travail personnel complémentaire de 900 heures.

Les nouvelles modalités de formation ne s’appliquent qu’aux étudiants de première année 2009-2010. Ceux qui ont entamé leur cursus avant l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation continuent à bénéficier de l’ancienne réglementation jusqu’à la fin de leur cursus.

Bénéficient d’une dispense de la première année d’études :

  • les titulaires d’un diplôme d’État français de masseur-kinésithérapeute, d’ergothérapeute, de pédicure-podologue ou de manipulateur en électroradiologie médicale ;
  • les titulaires du diplôme d’assistant hospitalier des Hospices civils de Lyon ;
  • les étudiants en médecine admis en seconde année de deuxième cycle ;
  • les élèves sages-femmes admises en seconde année, sous réserve d’avoir passé avec succès une épreuve écrite.

Délivrance du diplôme d’Etat

Pour obtenir le diplôme d’État, 180 crédits européens correspondant à l’acquisition de 10 compétences du référentiel sont nécessaires. Chaque compétence s’obtient par la validation de la totalité des unités d’enseignements, par l’acquisition de l’ensemble des éléments de la compétence évaluée lors de stages et par la validation des actes, activités et techniques de soins évalués soit en stage soit en IFSI.

Poursuivre une formation après le diplôme d’Etat

Le métier d’infirmier offre de multiples perspectives de carrière. Les infirmiers peuvent en effet se spécialiser : infirmier anesthésiste (IADE), infirmier de bloc opératoire (IBODE), puériculture. Ils peuvent également accéder à des fonctions de management : cadre de santé, directeur de soins.

Carrière

Les secteurs d’activités et les modalités d’exercice sont très variés. La plupart des infirmiers sont salariés dans des établissements de santé publics ou privés (72,7%) ; ils peuvent aussi exercer dans le secteur libéral (14,2%). ou être salariés dans des établissements extra hospitalier, des entreprises ou des associations à caractère humanitaire (12,9%).

Carrière hospitalière

Au 1er juillet 2010, les infirmiers de la fonction publique hospitalière sont toujours en catégorie B et relèvent de la catégorie active au regard des droits à la retraite, c’est-à-dire qu’ils peuvent partir à la retraite à partir de 55 ans. A partir de décembre 2010, ils pourront choisir de rester en catégorie B et de continuer à bénéficier d’une possibilité de départ à la retraite au titre de la catégorie active ou d’intégrer la catégorie A, avec une rémunération nettement améliorée et un départ à la retraite à partir de 60 ans.

Dans la fonction publique hospitalière, pour les infirmiers en catégorie B, la rémunération nette mensuelle hors prime de service des infirmiers est au 01/01/2013 de :

  • 1 774 euros en début de carrière ;
  • 2 484 euros en fin de carrière.

Exercice

Le diplôme d’infirmier fait l’objet d’une réglementation européenne : les ressortissants de l’Union européenne, titulaires d’un diplôme d’infirmier en soins généraux émanant d’un Etat membre peuvent exercer dans tous les autres Etats membres.

Si vous souhaitez exercer au sein d’un Etat de l’Union européenne, vous devez solliciter auprès du Ministère de la santé une attestation certifiant que votre diplôme satisfait aux obligations de formation exigées par les directives européennes.

Renseignements complémentaires

Directions régionales des affaires sanitaires et sociales.

  •  Directions départementales des affaires sanitaires et sociales.
  •  IFSI.

Pour en savoir plus : le portail des métiers du ministère de la santé