• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 04/06/2013

Voyageurs : les rappels antirabiques ne sont plus nécessaires

(APM) - Les doses de rappel antirabique ne sont plus nécessaires chez les personnes vivant ou se rendant dans une zone à haut risque, selon les recommandations sanitaires pour le voyageur 2013, publiées mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Les recommandations sanitaires pour les voyageurs comportent quelques modifications par rapport à celles de l'an passé, en particulier un nouveau schéma vaccinal antirabique et une extension d'indication de la vaccination contre l'encéphalite japonaise aux enfants. 
"Les autres modifications suivent celles du calendrier vaccinal qui a été allégé", souligne le Pr Eric Caumes, président du comité des maladies liées aux voyages et des maladies d'importation du Haut conseil de la santé publique (HCSP).
La vaccination contre la rage est recommandée pour les voyageurs devant effectuer un séjour "prolongé ou aventureux" et en situation d'isolement dans des zones à haut risque (Asie, Afrique, y compris Afrique du Nord et Amérique du Sud). Elle est en particulier préconisée chez les enfants dès l'âge de la marche parce que leur niveau d'exposition au risque de morsure est plus important que celui des adultes, indique le HCSP.
Par ailleurs, le vaccin de l'encéphalite japonaise produit en France à partir d'un virus invactivé, Ixiaro* (Valneva/Novartis), a obtenu une autorisation de mise sur le marché chez les enfants à partir de 2 mois.
"Le paludisme aurait nécessité de rediscuter les indications de la chimioprophylaxie, la balance [du rapport] bénéfices-risques s'étant modifié au cours des dernières années, avec moins de bénéfices", a indiqué le Pr Caumes. Cela s'explique par la diminution de la prévalence en Asie et en Amérique latine et des risques inchangés. "Le chantier nous est toutefois apparu trop important pour cette année", a reconnu le spécialiste. 
Les plus grandes modifications spécifiques à certaines populations concernent les immunodéprimés. Le HCSP préconise une vigilance accrue de certaines maladies infectieuses chez les patients porteurs du VIH (notamment leishmanioses, salmonelles et tuberculose) et précise que les vaccinations doivent être adaptées en fonction des "types d'immunodépression". Les vaccins vivants atténués tel que celui de la fièvre jaune, sont contre-indiqués, sauf si le taux de CD4 est supérieur à 200/mm3. La vaccination BCG est contre-indiquée strictement quel que soit le taux de CD4, chez l'adulte comme chez l'enfant. Les autres vaccins sont recommandés.

Consultez l'ensemble des Recommandations sanitaires pour le voyageur 2013

logo APM (Agence de Presse Médicale)

 Article publié le 04/06/2013 sur www.apmnews.com 

vib/ab/APM
redaction@apmnews.com

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +