• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 11/06/2015

Un premier centre hospitalo-universitaire (CHU) obtient le label « Hôpital Ami des bébés »

Nouveau né et sa mère
Les pratiques d’accueil et d’accompagnement du nouveau-né et de ses parents dispensées par les 700 professionnels de la maternité et de la néonatologie du CHRU de Lille ont permis à l’établissement de recevoir le label « Hôpital Ami des bébés ». Eléments de présentation.

Information des futures ou jeunes mamans, accueil du nouveau-né, peau à peau, allaitement… En mars dernier, les experts de l'association internationale IHAB (Initiatives Hôpital Ami des Bébés) ont audité la maternité Jeanne-de-Flandre  qui compte 5 600 naissances annuelles afin de vérifier le respect de 12 recommandations de bonnes pratiques. Attribué pour quatre ans, le label « Ami des Bébés » a été décerné au CHRU pour le travail accompli et l’engagement des équipes depuis cinq années (la durée de la démarche de labellisation pour l’établissement lillois).  

Une démarche qualité

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef) décernent, depuis 1992, le label aux établissements qui respectent un « standard de qualité des soins dans l'accompagnement de l'allaitement et de la naissance ». Et qui cherchent à :

  • Organiser des soins autour des rythmes biologiques du nouveau-né et de la mère ;
  • Répondre aux besoins physiologiques, psychologiques et culturels de l’enfant et de sa famille tout en assurant la sécurité médicale ;
  • Apporter un soutien aux parents pour leur permettre d’acquérir progressivement une autonomie...

Un intérêt croissant

En France, 22 services étaient labellisés fin 2014. Avec la maternité du CHRU de Lille, cela fait 23. Plus de 30 000 naissances annuelles sont représentées tandis que 15 des 23 maternités concernées sont de type I.  

La démarche de labellisation est en hausse croissante de la part des établissements français (de 26 en 2013 à 40 en 2014 avec 26 établissements publics). IHAB France indique également que, dans plus de la moitié des maternités de type II ou III, le service de néonatalogie participe à la démarche.

Les familles y trouvent leur intérêt (impact positif sur la santé des nourrissons, etc.) ; les établissements aussi (implication des personnels, attractivité médicale, réalisation d’éventuelles économies, etc.).

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +

Commentaires 0 réactions

Soyez le premier à réagir !

Participez

Évaluez ce dossier