• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 29/10/2019

Un centre d’excellence européen sur les tumeurs neuro-endocrines à Toulouse

L’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse-Rangueil Larrey (CHU de Toulouse) et l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse-Oncopole (Institut Claudius Regaud et CHU de Toulouse) viennent de recevoir, après audit, la certification européenne de l’European Neuroendocrine Tumor Society (ENETS) de « Centre d’excellence européen sur les tumeurs neuroendocrines ». La structure ainsi labellisée porte désormais le nom de Centre d’Excellence Universitaire des Tumeurs Neuroendocrines de Toulouse.

Cette certification est une reconnaissance de l’expertise multidisciplinaire du centre en termes de recrutement, de diagnostic, d’amélioration de la prise en charge thérapeutique, d’implication dans la recherche clinique et d’information des médecins sur cette pathologie rare des tumeurs neuroendocrines (TNE) digestives.

50 centres labellisés dans le monde

Cette certification permet un affichage fort sur cette pathologie et fait de la cancérologie publique toulousaine un relais européen identifié. 50 centres sont labellisés dans le monde dont seulement quatre en France (Paris, Lyon, Marseille et Toulouse).

Le Professeur Rosine Guimbaud, présidente du comité de coordination de cancérologie du CHU et chef de service d’Oncologie médicale digestive (IUCT Rangueil-Larrey / IUCT-Oncopole) et Dr Lawrence Dierickx, du service Médecine nucléaire (IUCT-Oncopole et Institut Claudius Regaud) ont porté ce projet : « Cette certification confirme l’approche multidisciplinaire essentielle et la forte collaboration absolument cruciale entre les partenaires (CHU de Toulouse, Institut Claudius Regaud) des trois sites de l’Institut universitaire de cancer Toulouse : Oncopole, Rangueil-Larrey et Purpan, ainsi qu’avec tout le réseau du sud-ouest et les associations. Les patients de notre territoire peuvent bénéficier ainsi des meilleurs standards de prise en charge multidisciplinaire, de toutes les avancées dans ce domaine et d’un accès facilité aux protocoles diagnostiques ou thérapeutiques innovants développés dans
le cadre du réseau européen. »

Une maladie rare due à une prolifération de cellules tumorales pouvant entraîner une sécrétion non contrôlée d’hormones

Les tumeurs neuroendocrines sont des tumeurs rares qui touchent une à cinq nouvelles personnes sur 100 000 par an, en France. Elles constituent un groupe de tumeurs de présentation très hétérogène dont le diagnostic et la prise en charge fait appel à de multiples spécialités médico-chirurgicales.

Potentiellement malignes, les TNE évoluent en général lentement et beaucoup de patients vivent cette maladie de façon chronique. Dans certains cas, elle s’accompagne de symptômes invalidants dus à une sécrétion non contrôlée d’hormones (insuline et malaises hypoglycémiques, voire coma, sérotonine et bouffées de chaleur, diarrhées, hypertension artérielle, malaises...). Il faut traiter simultanément la prolifération des cellules tumorales et la production nappropriée d’hormones.

Face à la rareté de la maladie et de l’importance de ces symptômes, les patients éprouvent souvent un sentiment d’isolement. Au-delà de son expertise médicale (en termes de diagnostic mais aussi de soin), le Centre d’Excellence Universitaire des Tumeurs Neuroendocrines de Toulouse, avec l’aide des réseaux et associations, accompagne les patients pour les aider à mieux vivre leur maladie au quotidien. 

La cancérologie publique toulousaine regroupe les services d’oncologie du CHU de Toulouse et de l’Institut Claudius Regaud (ICR). Ils proposent une offre de soins complète, innovante et répartie sur trois sites : l’IUCT Purpan, l’IUCT Rangueil-Larrey et l’IUCT-Oncopole (ce dernier réunit les équipes de l’ICR et certaines équipes d’oncologie du CHU de Toulouse). Experts dans les cas complexes et tumeurs rares, les professionnels de ces trois sites concilient médecine de pointe et qualité relationnelle dans les soins. Ils privilégient l’approche globale de la maladie dans toutes ses composantes qu’elles soient médicales, psychosociales et biologiques.

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +