• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 12/11/2013

Moins de soins hospitaliers pour les enfants épileptiques traités par stimulation du nerf vague

Hall hôpital
[APM] - La stimulation du nerf vague semble réduire la consommation de soins hospitaliers chez les enfants atteints d'épilepsie pharmacorésistante, selon une étude présentée au congrès de la Ligue française contre l'épilepsie (LFCE) qui se tient cette semaine à Lille.

La stimulation du nerf vague est un traitement validé des épilepsies pharmacorésistantes de l'enfant et de l'adulte, rappellent le Dr Adeline Trauffler et ses collègues du CHRU de Lille dans leur poster.

Ils ont conduit une étude rétrospective sur une cohorte de 52 enfants traités dans leur établissement, analysant les données deux ans avant et après l'intervention.

Le nombre total d'hospitalisations a diminué, passant de 206 hospitalisations avant à 37 après la pose du stimulateur, selon le résumé de la communication.

Sur la totalité de la population, la réduction moyenne du nombre d'hospitalisations était de 57% avec la stimulation du nerf vague. Le nombre d'hospitalisations a baissé chez près des deux tiers des patients (63,4%), s'est stabilisé chez 13,5% et a augmenté chez moins d'un quart (23,1%).

La durée moyenne du temps d'hospitalisation a baissé de 57%. Sur l'ensemble de la cohorte, 67,3% ont vu la durée de leur séjour raccourcir, elle était stable pour 15,4% et elle a augmenté pour 17,3%.

La réduction du nombre de passages aux urgences était de 28% en moyenne. Cette baisse était observée pour 34,6% des enfants, la fréquence était stable pour 59,6% et en hausse pour 5,8%.

En revanche, le nombre des consultations a augmenté après la pose du stimulateur, de 51% en moyenne. Cette hausse a été observée pour 73,1% des enfants alors que les consultations étaient stables pour 7,7% ou en baisse pour 19,2%.

Les auteurs notent que cette diminution de la consommation des soins hospitaliers est corrélée avec l'amélioration du contrôle des épilepsies pharmacorésistantes de ces enfants.

"La stimulation du nerf vague a un impact positif en terme médico-économique puisqu'elle permet une diminution moyenne d'utilisation des ressources de soins avec principalement une diminution du nombre des hospitalisations" chez les enfants, commentent les auteurs. Des réductions comparables ont été rapportées chez des patients adultes, ajoutent-ils. 

Dans un autre poster, les chercheurs rapportent des données cliniques pour 45 enfants. La fréquence des crises a baissé de moitié six mois après la pose du stimulateur et de 75% à deux ans.

logo APM (Agence de Presse Médicale)

 Article publié le 06/11/2013

ld/eh/APM

redaction@apmnews.com 

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +