• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 06/06/2011

Les infirmiers, une profession qui se développe


Une étude du ministère de la Santé estime à 657 000 le nombre d'infirmiers - hospitaliers et libéraux - en activité à l'horizon de 2030, contre 520 000 aujourd'hui. Une progression qui devrait réduire les inégalités territoriales de santé.

Les infirmiers sont aujourd'hui la première profession de santé, devant les médecins (212 000), les pharmaciens (75 000) et les masseurs-kinésithérapeutes (71 000). Cette hiérarchie devrait peu se modifier dans le futur.

De fait, alors que la population de médecins pourrait diminuer d'environ 10% au cours de la décennie à venir, celle des infirmiers devrait poursuivre une croissance entamée dans les années 90, à un rythme toutefois moins soutenu. En effet, alors qu'au cours des deux dernières décennies, la profession a enregistré une augmentation de 2,8% par an de ses effectifs, avec une accélération depuis 2000 (3,2% par an), ce chiffre devrait descendre en dessous de 1% à partir de 2026. En termes de densité, cela signifie un passage de 809 infirmiers pour 100.000 habitants en 2010 à 929 en 2030.

Une croissance importante pour réduire les inégalités territoriales

Cette croissance devrait permettre de faire face au défi majeur de la perte d'autonomie. En effet, si les infirmiers hospitaliers sont répartis de façon globalement équilibrée sur le territoire, en fonction des densités de population, ce n'est pas aujourd'hui le cas des infirmiers libéraux. Or le nombre d'infirmiers libéraux - acteurs-clés du maintien à domicile des personnes âgées - devrait doubler entre 2006 et 2030, passant de 57.800 à 116.100. Ils représenteraient alors 18% des effectifs des infirmiers, contre 12% en 2006.

Cette croissance devrait favoriser une meilleure répartition géographique, améliorant par conséquent la situation des "déserts médicaux". Ainsi, des variations de densité de un à cinq pouvaient être observées d'une région à l'autre en 2006. Cet écart devrait être réduit à l'horizon 2030 (de un à deux). De plus, à cette date, seules quatre régions - la Corse, le Languedoc-Roussillon, le Limousin et la Bretagne - présenteraient une densité en infirmiers libéraux supérieure de plus de 20% à la moyenne nationale (164 professionnels pour 100 000 habitants), contre sept aujourd'hui - les quatre citées précédemment, ainsi que les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Paca. Le Limousin resterait en tête des régions les mieux dotées, avec 236 infirmiers libéraux pour 100.000 habitants.
Aux évolutions naturelles s'ajoute en effet l'impact des mesures conventionnelles mises en place à la suite d'un accord signé le 4 septembre 2008 entre la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) et les quatre syndicats d'infirmiers libéraux. Celui-ci met en effet en place un dispositif de restriction à l'installation des infirmiers libéraux dans les zones sur-dotées et, à l'inverse, des mesures d'incitation à l'installation en faveur des territoires sous-dotés.

Pour plus de renseignements : http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/er760.pdf http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/er759.pdf

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +