• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 01/07/2013

L'Inpes publie deux guides pour rendre les messages d'information en santé plus accessibles

Handicap et accessibilité en santé
[APM] - L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) a publié deux guides pratiques visant à rendre les messages d'information en santé plus accessibles aux déficients visuels ou auditifs, selon un communiqué diffusé mercredi.

Intitulés "Informer les personnes sourdes ou malentendantes" et "Informer les personnes aveugles ou malvoyantes", ils ont été réalisés en partenariat avec la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). Ils visent à mettre à la disposition des acteurs concernés des "conseils et bonnes pratiques pour créer et diffuser des outils de prévention adaptés à tous".
Les 1,7 million de personnes en situation de handicap visuel et les 5 millions présentant une déficience auditive de France (plus de 10% de la population) "sont confrontés à des problèmes d'accessibilité à l'information, y compris sur les questions de santé", constate l'Inpes.
Cela "complique leur accès aux soins, mais aussi à la prévention et à l'éducation pour la santé, qu'il s'agisse de la connaissance des maladies, de la compréhension des facteurs de risques ou encore des gestes de protection. Pour ces personnes, la santé est source d'une plus grande vulnérabilité, avec, pour certaines, un recours moins fréquent au dépistage et des prises en charge plus tardives", ajoute-t-il.
L'institut regrette que le travail de mise en accessibilité de l'information dans le champ de la santé n'ait "jamais véritablement été mené en France" et le soit "très peu à l'étranger". Les supports édités "ne sont guère, voire jamais, pensés pour les personnes présentant une déficience visuelle ou auditive".
Avec ces deux guides, l'Inpes "entend partager son savoir-faire avec tous les intervenants qui souhaitent communiquer auprès des déficients visuels et auditifs": agences de communication, acteurs de la prévention, de la santé ou associations.
Les documents présentent les difficultés et les besoins en matière de santé des publics concernés, puis proposent un tour d'horizon des vecteurs d'information disponibles (télévision, radio, Internet, papier, etc.) avant d'en arriver à la conception proprement dite de contenus accessibles. 

TEXTE PLUS LISIBLE, ILLUSTRATIONS REPENSEES

Le dossier de presse compare une affiche sur la prévention de la transmission de la grippe sans adaptation, et la même modifiée pour les deux publics. Pour les personnes malvoyantes, le contraste entre le texte et la couleur de fond est renforcé, les caractères sont agrandis, les majuscules remplacées autant que possible par des minuscules, plus lisibles. 
Pour les sourds, l'affiche inclut davantage de pictogrammes pour que le message puisse être compris sans lecture. L'Inpes rappelle que les personnes sourdes souffrent d'"inégalités en termes de connaissances sur les questions de santé et sur les pratiques" et ne maîtrisent pas forcément le vocabulaire correspondant. Un pictogramme signalant l'existence d'une version en langage des signes est ajouté à l'affiche, avec un lien vers le site internet de l'Inpes.
Le partenariat avec la CNSA sur ce projet est "arrivé à son terme", mais l'Inpes souhaite "pérenniser son action" et l'étendre à d'autres publics ayant peu accès à l'information, comme les personnes qui maîtrisent mal la langue française ou rencontrent des difficultés de lecture. 
Il entend lancer un chantier autour de l'accessibilité universelle, pour "informer le plus grand nombre, en créant progressivement un jeu d'outils compréhensibles par tous".
L'institut rappelle qu'il a entrepris à partir de 2008 un travail d'adaptation de ses outils d'information, avec la conception de brochures en gros caractères ou en braille, la production de supports sonores ou en langue des signes, démarche également soutenue par la CNSA. Les premiers thèmes traités portent sur la canicule, la grippe, la vie affective et sexuelle, ou encore la nutrition. 

logo APM (Agence de Presse Médicale)

 Article publié le 28/06/2013 

nc/eh/APM polsan
redaction@apmnews.com

Pour restez connectés avec nous, consultez notre page Facebook ou notre fil Twitter. hopital.fr est aussi à votre service sur votre smartphone avec l’application géolocalisée : Urgences hopitaux

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +