• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 10/12/2018

***** (1 notes)

Immunothérapie : Le CHU de Lille pionnier dans la recherche contre le cancer

Depuis septembre 2018, 5 patients atteints de myélomes ont été soignés par la thérapie génique dite « CAR-T cells » au CHU de Lille. Ils font ainsi partie des premiers patients en France à bénéficier de cette thérapie à la pointe du progrès médical. L’enjeu: soigner le cancer en renforçant le système immunitaire du patient. Alain, 62 ans, fait partie de ces patients, il témoigne.

Au CHU de Lille, le plus grand portefeuille d’essais cliniques « CAR-T cells » enFrance

Extrêmement technique, la prise en charge dite par « CAR-T cells » nécessite de modifier génétiquement certaines cellules immunitaires du patient. En plus d’une expertise scientifique pluridisciplinaire, ce type de thérapie doit être réalisé au sein de structures adaptées.

En France, seuls quelques établissements de santé mis aux normes et labellisés ont la capacité de réceptionner, manipuler et stocker ce type de traitement. Le CHU de Lille est l’un des rares centres en France à posséder une pharmacie et une Unité clinique accréditée « centre d’excellence thérapie cellulaire » pouvant accueillir les thérapies « CAR-T cells ».

Grâce à ces infrastructures et aux moyens déployés, le CHU de Lille participe à une dizaine de protocoles académiques et industriels mobilisant la technologie « CAR-T cells». L’objectif : proposer aux patients d’ici un an l’accès à ce traitement innovant.

Depuis septembre 2018, 5 patients atteints de myélomes ont été soignés par la thérapie génique dite « CAR-T cells » au CHU de Lille. Ils font ainsi partie des premiers patients en France à bénéficier de cette thérapie à la pointe du progrès médical. L’enjeu: soigner le cancer en renforçant le système immunitaire du patient. Alain, 62 ans, fait partie de ces patients, il témoigne.

« Mon ressenti de cette prise en charge par « CAR-T cells » est excellent. J’ai eu un médecin qui m’a expliqué le protocole. Après un temps de réflexion, j’ai accepté. J’ai eu une équipe proche et soucieuse de la réussite du traitement. De mon côté, j’ai fait en sorte d’avoir une vie équilibrée pour me donner toutes les chances de succès de la greffe. Je sortais de trois protocoles avec chimiothérapie sans résultats. J’étais très fatigué. Là ce n’est pas le cas. C’est un mieux très important que je ressens.»

Alain, patient atteint de myélome.

Grâce à l’expertise de l’équipe du Professeur Ibrahim Yakoub-Agha au sein de l’Unité de greffe du Service des Maladies du Sang du CHU de Lille, cette avancée majeure dans le monde de la recherche médicale est rendue accessible à des patients atteints de cancers agressifs et récidivants.

« L'immunothérapie se présente aujourd'hui comme un des moyens les plus efficaces pour lutter contre la maladie. Des rémissions complètes sont obtenues chez des patients qui étaient jusqu’à lors réfractaires à tout autre traitement thérapeutique. Pour exemple, le taux de rémission peut atteindre 90% chez des enfants atteints de leucémie aiguë lymphoblastique. »

Professeur Ibrahim Yakoub-Agha

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +