• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 08/04/2014

Cancer de la prostate : traitement par ultrasons et robot assisté, une 1ère mondiale à Lyon

[RéseauCHU.org] - Ce traitement par ultrasons et robot assisté représente une alternative aux thérapies standards radicales du cancer de la prostate que sont la chirurgie et la radiothérapie, et une nouvelle option curative pour les patients dans l’impasse suite à une récidive après radiothérapie ou curiethérapie.

Premier dispositif au monde qui associe 3 techniques de pointe, l’imagerie par IRM pour localiser les tumeurs de la prostate, la fusion de l’image d’IRM et de l’échographie 3D et les ultrasons focalisés à haute intensité, le Focal One® a été imaginé et développé par l’unité de recherche LabTau INSERM, les Hospices Civils de Lyon et la société de haute technologie médicale EDAP TMS.

Les ultrasons sont émis directement sur la zone de la prostate atteinte par le cancer, en épargnant les tissus sains alentours et en réduisant ainsi les risques d’incontinence et d’impuissance (respectivement de 10% et 50% pour une chirurgie classique). Dans cette nouvelle procédure sous anesthésie locorégionale, ni bistouri ni rayons ionisant.

Les avantages du Focal One® : précision, contrôle, sécurité, peu ou pas de trouble de l’érection et absence d’incontinence

Le robot offre une précision de traitement jamais égalée. Et le chirurgien a la possibilité pour le chirurgien de contrôler en temps réel la zone traitée grâce à une échographie de contraste. Si nécessaire, il peut ajuster en temps réel le traitement au cours de la même intervention.
Le cas échéant, ce traitement peut être répété car il n’y a pas de dose maximale comme pour la radiothérapie. Les ultrasons focalisés à haute intensité ne sont pas toxiques pour les tissus environnant la prostate.
Dans le cadre d’un traitement focal, au-delà de la destruction totale de la tumeur par le Focal One®, le risque de diminution de la qualité des érections est très faible et aucun patient n’a connu d’épisode d’incontinence après le traitement.  

Depuis son installation au sein du service d’urologie de l’hôpital Edouard Herriot, près de 200 patients ont ainsi été traités avec des résultats plus qu’encourageants.

réseau CHU
Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +