• Twitter
  • Facebook
  • Google +
Actualités 10/09/2014

70 000 hospitalisations chaque année pour des tentatives de suicide

[hopital.fr] - A l’occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide, ce 10 septembre, l’Institut national de veille sanitaire (InVS) publie un rapport sur les hospitalisations pour tentatives de suicide dans l’Hexagone entre 2004 et 2011. Revue des principaux enseignements.

Parmi les 70 000 personnes hospitalisées chaque année en médecine ou en chirurgie, les femmes sont les plus concernées avec un taux de 21,6 pour 10 000 (contre 13,4 pour 10 000 hommes). En revanche, la part de séjour concernant les hommes est en nette progression. Alors qu’en 2004, les séjours masculins représentaient 34,8 % de l’ensemble des séjours pour tentatives de suicide, ils concernent, en 2011, 38,2 % de ces séjours.

Autre enseignement clé du rapport, les plus de 70 ans sont les plus nombreux à décéder au cours de leur hospitalisation.

Le Nord et l’Ouest de la France particulièrement touchés

A l’exception de l’Ile-de-France et des Pays de la Loire, les régions du Nord et de l’Ouest de l’Hexagone « présentent des taux standardisés supérieurs de 20 % au taux national », indique l’InVS dans un communiqué du 9 septembre 2014. « Ce sont ainsi en Picardie, dans le Nord-Pas-de-Calais, en Bretagne et en Haute-Normandie que l’on observe le plus d’hospitalisations pour tentatives de suicide » est-il précisé. Et ce pour les femmes comme pour les hommes. 

Les intoxications médicamenteuses en première ligne

Concernant le mode opératoire, l’étude indique que l’auto-intoxication reste « de loin le plus fréquent ». L’intoxication médicamenteuse volontaire, plus largement le fait des femmes d’ailleurs, représente 82 % des tentatives de suicide hospitalisées, les médicaments les plus utilisés étant les psychotropes.

Viennent ensuite la coupure d’une veine – ou phlébotomie –  (5% des hospitalisations pour tentatives de suicide) et la pendaison (1,6 %), les autres modes opératoires étant plus rares.

 

Pour aller plus loin, consultez notre espace « Santé mentale »

 

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +