• Twitter
  • Facebook
  • Google +

La qualité

En contrepartie de leur financement public, l'hôpital ou la maison de retraite doit rendre un service de qualité, au meilleur coût. Cette qualité se mesure notamment par rapport à des normes que l'hôpital doit respecter, en matière de matériel, de processus ou de qualification du personnel. Elle implique la mise en œuvre, dans chaque établissement, d'une démarche qualité.

En milieu hospitalier, la qualité se définit comme l'aptitude à satisfaire des besoins exprimés et implicites, par l'engagement de la structure hospitalière et des professionnels dans des actions permanentes et systématiques d'amélioration du service rendu au patient. Dans un établissement de santé, mesurer la qualité consiste à vérifier régulièrement la conformité de l'organisation des soins, de l'accueil et autres, au regard de niveaux de performance préalablement définis.

La certification

Depuis 1996, tous les établissements de santé publics ou privés doivent s'engager dans une démarche de certification.
L'accréditation est un processus d'évaluation externe à un établissement de soins, effectué par des professionnels indépendants de l'établissement et de ses organismes de tutelle, et concernant l'ensemble de son fonctionnement et de ses pratiques. Elle vise à s'assurer que les conditions de sécurité et de qualité des soins sont réunies. L'accréditation est délivrée par une agence sanitaire indépendante : la Haute autorité de santé (HAS).

Les enjeux

Les démarches qualité, qui concernent l'ensemble des professionnels d'une structure de soins, constituent un enjeu de santé publique, dans la mesure où l'amélioration de la qualité des soins se fait au bénéfice du patient. C'est aussi un enjeu organisationnel - les dysfonctionnements de management mis en lumière par l'autoévaluation doivent être l'occasion de repenser les organisations - et un enjeu financier, car la démarche qualité évite des dysfonctionnements coûteux.

La vigilance

La vigilance fait partie de la qualité garantie à l'hôpital. Il en existe différents types :

  • la protection contre les incendies ;
  • la sécurité anesthésique ;
  • la pharmacovigilance (lutte contre les accidents liés à une prise médicamenteuse) ;
  • la matériovigilance (gestion du risque lié à l'utilisation de dispositifs médicaux lors des activités de soins) ;
  • l'hémovigilance (ensemble des procédures de surveillance organisées depuis la collecte de sang et ses composants jusqu'au suivi des receveurs) ;
  • la biovigilance (prévention des risques liés à l'environnement : qualité de l'eau, de l'air, sécurité alimentaire, gestion des déchets...) ;
  • la nosovigilance (lutte contre les infections nosocomiales).

Ces dernières sont des infections contractées par certains patients au cours d'une hospitalisation. En ce domaine, la prévention et la vigilance sont assurées par un comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN), dont la création est obligatoire dans chaque établissement hospitalier.

Dernière modification le 07/04/2015

Haut de page
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +